Dans le corps d’une patineuse

Hello les filles, j’espère que vous allez bien ? 
Je décide dès maintenant d’être plus présente sur le blog et ainsi en profiter pour vous partager un peut plus de moi ! 
Aujourd’hui je reviens sur ce sujet qui peut intéresser toi professionnelle dans le sport, jeune maman, bref, je pense que vous serez nombreuses à trouver votre compte ici dans ce petit article tout personnel. 

Je n’étais pas encore née que le patinage faisait déjà partie de la vie de mes parents…
Ils se sont rencontrés sur la patinoire et autant dire qu’ils y ont passés suffisamment de temps
pour décider  que j’allais m’appeler Oksana comme la patineuse célèbre du moment ! 
J’en suis plutôt contente car se prénom pour le moins rare ici en Europe me correspond vraiment bien 🙂

C’est à mes 4 ans que tout à commencé … 
Je suis grande soeur depuis pas longtemps (grand changement hahaha).
Bien entendu je suis sur la patinoire accompagnée de mes parents et j’ai très envie de prendre des cours de patinage artistique !
Est ce que ça vous étonne ? :’) 
Le livre est grand ouvert et accrochez vous les filles c’est loin d’être fini !!!!!

Quelques années plus tard mon niveau à fortement augmenté, j’ai aussi évolué, grandit et mûrit !
Pour moi le rythme s’accélère très vite, j’ai une prof privée qui me donne des cours plusieurs fois par semaine.
Je m’entraîne sans relâche pour être la meilleure aux compétions.  
Le patinage me demande beaucoup de temps et de consécrations, je dois faire de la danse afin de travailler ma souplesse.
Mais il ne faut pas oublier que je ne suis jamais seule…
Mes parents doivent eux aussi suivre le rythme, mon rythme. 
J’avoue qu’au fur et à mesure nous avons trouvé un bon équilibre qui fonctionne plutôt bien !
Ma grand-mère me confectionne mes robes pour mes compétitions, mes parents font les chauffeurs pour
m’emmener à tout mes entraînements, compétitions et surtout ils sont mon porte monnaie ! 
Oui le patinage ça coûte cher. Les cours coûtent cher, les patins coûtent cher, les trajets, bref…
je pense que vous arrivez à imaginer la chose. 

Les compétitions ce passent très bien pour moi, je suis en plein évolution et je suis la personne à battre sur les prochains championnats.
Je me sent bien, je me sent forte et j’adore l’adrénaline que mon procure se sport. 
Mais … parce qu’il y a toujours un mais… on n’oublie de parler de l’envers du décor vous savez; le côté moins rigolo de la chose 😛
Après plusieurs heures d’entrainement, arrive le moment de monter dans les vestiaires et d’enlever les patins, de se changer et rentrer…
Sauf qu’il m’est impossible de retirer mes patins ! Je ne sent plus mes pieds, ils sont gelés, j’ai mal et j’ai comme une envie de pleurer qui ne se contrôle 
absolument pas ! La DEBATTUE… c’est ce qui arrive quand l’on passe du froid au chaud.
Certainement l’une des sensations qui ne me manque absolument pas !
Les chutes, est ce qu’il est nécessaire de vous dire cela ? peut être pas mais les chutes sont violentes, dures et jamais sans précèdent. 
La glace ce n’est pas un cadeau et à l’heure d’aujourd’hui mon corps ne me remercie pas pour tout les coups que je lui ai fait subir.

Le moment arrive ou mes parents décident de déménager et de quitter la Suisse pour venir s’installer en France. 
Le patinage me suit ici en France mais tout ce complique, la patinoire est loin (à 1h de route de notre maison).
Notre rythme change, je mange dans la voiture, je me change dans la voiture durant les trajets.
Ma maman est toujours présente pour m’emmener et prend beaucoup de temps et d’énergie pour le faire. 
C’est difficile pour moi car je dois m’adapter à une nouvelle école, à un nouveau professeur de patinage, un nouvel environnement,
je suis en pleine adolescence et mon corps change. Je grandis vite, très vite…

J’ai enchainé des compétitions en France, nous avons beaucoup voyagé car la France est grande et les compétitions étaient loin…
Mais encore une fois ce mais … Mon corps ne suit plus, mon mental à atteint ces limites et mes parents n’ont plus la même motivation. 
Voici ce que  j’appel : le début de la fin ! 
A mon entrée au collège je souhaite entrer dans une section sportive avec possibilité de continuer le patin.
Mais ce fut impossible. la patinoire est trop loin, ça va avoir un impact sur mes études…
Il faut que je sois sur de vouloir en faire mon métier ! 
A mon grand malheur, mon corps n’est pas assez fort. Il est déjà trop abîmé pour mon jeune âge et ceci n’aurait fait
 qu’empirer ma situation et impliquer d’autres problèmes.
Le moral tombe…
Vous savez quand rien ne se passe comme vous le vouliez, comme votre esprit vous l’avait dicté.
Et bien… nous y voilà en pleins dedans, c’est cadeau :’)

Le cap est dur à passer.
Je suis énervée contre moi même d’avoir échoué et de ne plus pouvoir suivre mon rêve de devenir professionnelle 
comme cette fameuse Oksana Baiul à qui j’aurais bien aimé piqué la vedette même 15 ans plus tard ! 

Vous me retrouvez maintenant !
Plus grande et surtout beaucoup plus vielle !!!
J’ai finalement fais des études dans la mode et j’ai été diplômée dans le Modélisme. Je fais toujours du patinage pour
 le  plaisir entouré de mes proches et j’ai toujours autant de plaisir à monter sur la patinoire.
Pour toute celles qui se posent la question…
Non je ne suis pas malheureuse et non on ne m’a jamais été forcée à faire quoique ce soit.
 J’ai toujours eu le choix et le soutien de mes proches et l’on ne m’a jamais rien imposé.
A vrai dire si c’était à refaire je le referais.
 Cette expérience à fait de moi la personne que je suis devenue; forte, ambitieuse, déterminée et sportive malgré tout.
Avec le recul et la maturité, je suis vraiment admirative en vers mes parents d’avoir tenu toute ces années en travaillant à côté a 100%.
Une vraie source d’inspiration qui pourra peut être… qui sait; en inspirer d’autres !

Suivre:
SOCIAL

4 Commentaires

  1. Benkia
    octobre 13, 2020 / 7:28

    Magnifique j’adore, pleins de souvenirs refont surface ! C’est trop jolie, que de belles années🥰
    Tu es magnifique ❤️

    • Oksana
      Auteur
      octobre 13, 2020 / 7:30

      Hooo oui, ca ne s’oublie pas. Merci beaucoup t’es adorable <3

  2. Veronique Lepacher
    octobre 13, 2020 / 8:09

    Très bon résumé ❤️❤️

    • Oksana
      Auteur
      octobre 13, 2020 / 8:20

      Je trouve aussi 💕

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *